« Réalisme n. Art de dépeindre la nature telle qu’elle est vue par les crapauds. Charme qui ressort d’un paysage peint par une taupe, ou d’une histoire écrite par un asticot. »

Ambrose BIERCE / Le Dictionnaire du Diable (1911) / Éditions Rivages 1989


Plan

Introduction :

* Description succinte : traité des couleurs et des formes via des chroniques "fantastiques".
* Mode de rédaction: processus de création spontannée = sauvegardes chronologiques.
* Intentions: annalyser le processus de création. Etudes, observations, comptes-rendus, applications. Réflexions.
* Outil(s): utiliser un log book/carnet de bord dans le but de rendre compte au mieux des évènements contribuant au processus de création entre chaque mise à jour du "traité".



Développement:


Ière Partie : A propos des chroniques.

*Introduction de créatures et dans les chroniques. Ces créatures sont communes à toutes les chroniques. Elles évoluent juste au sein des univers de chaque chronique. Toutes n'y sont pas forcément représentées, mais il est envisagé de les faire se rencontrer occasionnellement, et d'intercroiser les chroniques au fil du temps.

*Chronologie.

*Temporisation et rythme de l'action: jeu contrastes, saturations.

*Environnement/lieux/décors.

*Ambiances/contextes : naissance, apogée(s), décadence(s)/dégradation(s), en passant par renaissance(s).

*Personnages.


IIème Partie : intentions, questionnement, réflexions autour des chroniques et du processus créatif.

* Relation entre l'approche artistique, scientifique, mystique des choses de l'univers : études, observations, interpréatations.

* Différences: " " " " " "

* Objectifs qu'entretiennent à la fois l'art, les sciences et les mythes ? -> expression et explications: métaphores/allégories//expériences/observations/description/pragmatisme.

* Rôles de l'art. Rôles des sciences. Rôles des mythes.

* L'univers n'est il pas une forme de création ?

* Les sciences, l'art et les mythes ne peuvent ils pas être considérés comme complémentaires pour expliquer les choses de l'univers?

* Si l'art permet de mettre en évidence un schéma du processus créatif en général, il semble que les sciences pour leur part permettent d'annalyser le produit de successions d'évènements en profondeur et d'en comprendre les lois qui les régissent. Les mythes auraient un rôle médium entre les deux disciplines.

* Si l'oeuvre artistique est le produit de la succession d'évènements issus de la pensée, et constituant le processus créatif, pourquoi n'en serait il pas de même concernant l'univers?

*Quelle part peut on accorder au hasard? Et dans quelles mesures?
*Comment éviter de reproduire les erreurs du passé et comment ne pas tomber dans une forme de dogmatisme lorsque l'on croit en une "puissance créatrice" qui nous dépasse encore de nos jours et en laquelle le plus gros de la pièce maîtresse de sa création y croit seulement de façon relativement imposée?
Note: cf axiome -> à développer.

*Ne serait-il tout simplement pas plus sâge de laisser chacun faire son propre parcours spirituel et choisir sa façon de croire ou pas? Cela ne permettrait il pas de façon naturelle de se rapprocher d'une vérité, quelqu'elle soit?



Conclusion :

*Allégorie de la caverne.